Archives

Archive pour août 2010

Un ami nous a quitté…*

( art )

yves.jpg 

Yves vivait depuis 10 ans, à Poncé sur le Loir une retraite active en compagnie de Christiane son épouse. Très engagé dans le monde associatif, sa disparition brutale va laisser un grand vide en Vallée du Loir où il avait tissé de nombreuses relations amicales. Sa grande culture, sa présence, son aisance verbale et sa forte personnalité ne laissaient personne indifférent. J’ai rencontré Yves en 2003, lorsque je suis arrivé à Poncé et que j’ai présenté aux membres du bureau du comité des Fêtes, dont il était à l’époque le secrétaire, mon projet de créer un atelier théâtre.

Il a été avec Patrick Ouvrard (le Président), emballé par l’idée. Jusqu’à mon départ et mon retour en Touraine en 2007, il n’a jamais cessé d’oeuvrer pour la Compagnie « Entre Scène & Loire, d’abord en me mettant lui même en relation avec Philippe Delaroche (Directeur de l’Hebdo « L’écho de la Vallée du Loir ») puis en tant que membre bienfaiteur de la compagnie théâtrale, jusqu’à ce que le nouveau conseil d’administration modifie les statuts de l’association ( ? ). 

Mon regret, est de ne pas avoir pu le convaincre de monter sur les planches, sa voix, sa prestance n’auraient pas manqué de séduire le public. Il était admiratif de ce que nous faisions mais il était bien trop modeste pour se mettre en première ligne. C’est Christiane  qui s’est impliquée dans les ateliers que j’ai animé pendant 4 ans à Poncé.    

Yves était un ami sincère, j’ai beaucoup d’amiration pour l’homme de coeur qu’il était. Evidemment, je ne lui ai jamais dit. Malheureusement. Je le croyais fort, solide comme un roc, mais le destin a frappé brutalement et la mort a eu raison de lui en quelques jours. Nous étions très nombreux à venir lui témoigner notre amitié et lui rendre un dernier hommage, lors d’une belle et émouvante cérémonie. 

Yves, tu viens de nous quitter sans précaution. C’est la première fois que je t’en veux. Mais je me souviendrai toujours de tes franches poignées de main, de tes éclats de rire tonitruants et de ta pudeur. Je ne t’oublierai pas. Adieu l’ami.    *Article publié sur mon blog le 6 février 2009