ACTUALITE(S) DES COMPAGNIES

Posté le Dimanche 1 septembre 2013

En septembre prochain, les ateliers-Théâtre du Guichet fêteront leur 17 ans !
Venez participer et jouer dans l’un de nos quatre ateliers pour la saison 2019/2020 !
- Le lundi de 18h30 à 21h30 avec Annie Vergne
- Le mardi de 19h à 22h avec William Malatrat
- Le mercredi de 19h30 à 22h30 avec William Malatrat
- Le samedi de 10h30 à 13h30 avec Aurélien Houver

    Chaque atelier donne   lieu à 7 ou 8 représentations publiques en mai/juin 2020 !

 

Les inscriptions à nos Ateliers-Théâtre 2019/2020   sont ouvertes !!!

Vous   avez toujours rêvé de monter sur les planches ?

Vous voulez perfectionner   votre jeu ?
Vous voulez mettre votre jeu au service d’un texte et d’une mise en scène ?

Renseignements   et inscriptions : cliquez ici
ou sur notre site www.guichetmontparnasse.com – rubrique Ateliers
 

 

N’OUBLIEZ PAS !
Notre Atelier-Théâtre Adolescent 2019/2020 !


Pourquoi un atelier-théâtre pour les   13/17 ans ?
Parce qu’accompagner le jeune comédien amateur   dans sa découverte artistique est primordial pour son développement   personnel.
Il y apprendra à développer sa confiance et à s’exprimer en public.
À aiguiser son sens de l’écoute et de la communication au sein d’un groupe.
À laisser son esprit créatif s’exprimer. À développer son imaginaire. À   libérer ses émotions.
Et enfin, connaitre le plaisir de jouer !
Renseignements et inscriptions : cliquez ici
ou sur notre site www.guichetmontparnasse.com   - rubrique Ateliers Ados

Théâtre Le Guichet Montparnasse

15, Rue du Maine 75014 Paris
A ne pas confondre avec Avenue du Maine !

Métro : Edgar Quinet (Ligne 6), Gaîté (Ligne 13), Montparnasse Bienvenüe (Lignes 4,6,12,13)

Jean Jacques DUPUY @ 18:45
Enregistré dans art, art
PRE…TEXTE(S) A JOUER

Posté le Mercredi 29 août 2012

Envie de jouer ? Je vous offre un texte libre de droits. Les amateurs pourront s’initier au jeu des comédiens. Les compagnies, l’utiliser comme exercice.

Le premier est un sketch qui a été écris en 2004 . Bonne lecture et bon jeu !!!

 

PRE...TEXTE(S) A JOUER doc crisedenerfs.doc 

Ce second texte est un conte, qui peut s’inscrire dans le cadre d’un spectacle à thème.

fichier pdf LA PLANETE ROSE blog

Jean Jacques DUPUY @ 18:45
Enregistré dans art
RECUEIL DE TEXTES (COLLECTIFS)

Posté le Lundi 25 juin 2012

Pascal MARTIN du site d’édition en ligne « LE PROSCENIUM » nous indique en date du 24/06/2012:

Bonjour ,

Le recueil Ott’s Eleven intitulé ‘Dites-le avec des fleurs’ est le premier à être complet. Les 11 textes sont publiés ici :
http://www.leproscenium.com/Detail.php?IdPiece=12240
Bravo aux 11 contributeurs.
Et bonne lecture à tout le monde.

J’en profite pour vous rappeler que l’appel à textes ‘Tu veux mes photos’ se termine dans une semaine. Il n’est pas trop tard pour rejoindre les 8 auteurs qui ont contribué.

Cordialement

Pascal MARTIN
Webmestre du site http://www.leproscenium.com
courriel : contact@leproscenium.com

Jean Jacques DUPUY @ 18:45
Enregistré dans art
MES LIENS: LE PROSCENIUM -

Posté le Mercredi 22 septembre 2010

Le site « le  proscenium » a été créé en septembre 2002.

L’idée: « L’union fait la force ». Le site d’un auteur seul (inconnu le plus souvent) n’attirera pas beaucoup de visiteurs, mais un site offrant  plusieurs centaines de textes, provenant de plusieurs dizaines d’auteurs différents deviendra une bibliothèque pour les troupes professionnelles ou d’amateurs.

« Le Proscenium » propose un outil de recherche basé sur les caractéristiques des textes définis par les auteurs eux mêmes.

Une recherche plus rapide peut être effectuée: par auteurs (exemple: lettre « D » DUPUY Jean Jacques…), par thèmes (exemple: L’amour…), par genres (exemple: Comédie…)

Mes textes publiés  – par thèmes – (à ce jour) sur « le Proscenium »:

A la ville comme à la scène Théâtre
Connu…Vu…Su ! Mémoire
Dis-moi que tu m’aimes ! !(chez ABS Edition) Amour
Couple
Façons de parler Langage
Le travail du chapeau Folie
Les meubles Tranches de vie
Lune et… l’autre De la scène à la Lune
Difficulté de communication
Mortelle Saint Vincent Enigme
Personne ne m’aime! Désamour
Que le Diable t’emporte ! Couple
Enfer
Querelles
Trop fait de la qualité Monde de l’entreprise
Un si joli mois de mai! Famille

A découvrir sur « le proscenium »:

Mon dernier texte publié (extrait) en décembre 2008: « Que le Diable t’emporte !  » Comédie en 4 actes - 3 femmes - 2 hommes- durée 80 minutes 

Les statistiques mensuelles individuelles permettent à chaque auteur de connaître pour chacun de ses textes publiés sur le site « le Proscenium », le nombre de téléchargements effectués mensuellement.

L’ensemble de mes textes a fait l’objet de 2985 téléchargements en 2008.

Afin d’être plus complètement informés, les visiteurs peuvent s’abonner à la lettre mensuelle d’information.

Le webmaster du site est Pascal MARTIN - comédien, auteur et fondateur du site -

 

Jean Jacques DUPUY @ 18:45
Enregistré dans art
MES LIENS: Michel Bonnargent

Posté le Jeudi 16 septembre 2010

 Michel B

 

Michel, je le connais depuis longtemps, depuis des années, mais bizarrement, nous sommes amis depuis peu de temps. C’est aussi à cette époque qu’à commencé notre collaboration (modeste pour ma part) artistique. Car Michel, est un véritable artiste, auteur – compositeur – interprète, c’est aussi un motard, un vrai, en cuir et tout…Et puis c’est un expert (je n’ai pas peur des mots) en informatique. C’est d’ailleurs très énervant de le voir trouver une solution en deux minutes à un problème que vous tentez de résoudre depuis des heures, voire plus…

J’ai beaucoup d’admiration pour ce qu’il fait, j’ai eu envie de lui dire, mais comme je suis un garçon pudique, je me suis contenté, il y a un an de cela de lui écrire ces quelques lignes.

NOS DIFFERENCES ! 

Je parle, tu ressens.

Je représente, tu es. 

Je parle de l’amitié, tu vis des relations. 

Tu versifies, je fais des rimes. 

Tu verses des larmes, je parle de pleurs. 

Tu sais dire « je t’aime », je parle de l’amour. 

Tu composes des chansons, j’écris des textes. 

Tu évoques le regard, je décris les yeux. 

Je parle de la vie, toi tu la vis. 

C’est avec l’esprit que je dis des mots. 

Avec ton cœur tu exprimes des sentiments. 

Au cirque, tu ferais ton numéro, 

Moi je saurais  tout juste le présenter. 

Tu partages tes rêves avec passion, 

J’erre dans la vie, en me regardant le nombril. 

Tu as encore des illusions, je n’ai plus de certitudes.  

 

Ce n’était pas basse flatterie de ma part, vous pourrez en juger en écoutant ses chansons, celles dont je suis l’auteur et celles dont il est auteur-compositeur. Michel a plusieurs albums à son actif. Vous les découvrirez sur son site:

 

http://michel.bonnargent.free.fr/  

Mais aussi sur youtube, akamusic…

 A consulter également le site de Eve de Laudec  qui se présente ainsi:

 

Qui suis-je?
Peut-être mauvaise graine, rebelle engraissée de rêves fous et d’écriture, d’aventure et de lectures, plongée enfant dans la musique théâtrale, humant les volutes de la poésie
Je suis une éternelle amoureuse cisaillée en points de suspension, oscillant entre mes pôles.

Après une longue vie erratique, en Afrique ou ailleurs, à construire ma vie de femme et de mère, avec mon petit baise-en-ville scolaire et mes malles d’expériences, je reviens à mon essentiel, et plante ici ma plume.
Entre autres écrilises, je compose des poésies, nouvelles, chroniques et des paroles de chansons.

Eprise d’absolu et sans langue de bois, je jette un regard humoristique-amer sur moi-même et les autres.
Détourneuse de mots, je joue de leur en-vers avec fougue et tendresse et les accroche à mon fil à limbes.
Je brode pour vous un monde imaginaire et poétique. L’écriture est ma respiration.

www.evedelaudec.fr

Jean Jacques DUPUY @ 18:45
Enregistré dans art
Gégé ou l’itinéraire d’un saltimbanque !!!

Posté le Vendredi 3 septembre 2010

Dans mes « bouts de vie… » Je vous ai parlé de mon ami Gérard, celui qui fut mon complice pendant quelques années. Même si nos chemins furent ensuite différents, nous partageons la même passion pour le spectacle en général et pour le théâtre en particulier.

Dire qu’il m’aura fallu attendre près de 35 ans et créer un blog pour qu’il me livre son parcours artistique. Car, grand bavard devant l’Eternel, mis à part quelques confidences anodines, Gégé est un garçon modeste et pudique qui ne cherche jamais à se mettre en avant et qui parle peu de lui.

C’est un homme qui a du talent et j’ai tiré grande expérience de notre complicité. Un jour il m’a demandé d’écrire une pièce que nous devions jouer tous les deux. C’est ainsi que j’ai commis « Le travail du chapeau » (à découvrir sur www.leprocenium.com) que nous n’avons (encore) jamais joué ensemble.  

J’ai eu envie de vous présenter mon ami.


 

avoir20ans.jpg

A 20 ans

(Ci-dessous, il nous parle de son parcours)

« Il me semble que je n’ai jamais eu l’occasion de te raconter ce qui me lie au théatre ; je vais le faire ici en quelques mots :

Tout comme Obélix, je suis tombé dedans quand j’étais tout petit, puisque ma première apparition eut lieu lors de la veillée de Noël 1939 où je tins un rôle « divin », celui du « petit Jésus » … un vrai miracle !   Peu d’années après, j’étais alors le seul garçon dans le pensionnat de jeunes filles de mon village, je fus mis dans la huche pour illustrer la chanson« Perrine » reprise plus tard par les Compagnons de la chanson. Ce n’est qu’après mes 17 ans, dans le droit fil des Comédiens routiers de Jacques COPEAU et autres Léon CHANCEREL, Olivier HUSSENOT et Jean Pierre GRENIER que je revins sur planches dans la troupe des « JEUNES COMEDIENS DE TOURS »  J’y fit la connaissance de celui avec lequel je créais un numéro de fantaisistes-parodistes sous les noms de « Gérard GILLES ET Gérard JEAN » (l’homme de la ville, l’homme des champs) ainsi qu’une troupe « LA COMEDIE DE TOURAINE ». Notre répertoire allait de  »Ploufle Petit Fantôme » à l’ANTIGONE d’Annouilh, en passant par « Cinquante minutes d’attente »….! C’était une époque très marquée par la décentralisation théatrale des Centre Dramatiques Nationaux : Comédie de Saint-Etienne en 1947 par Jean DASTE, la Comédie de Bourges en 1961 par Gabriel Monnet, etc…dont je me suis beaucoup nourri.

Après quelques mois (28) en représentation obligatoire en Algérie dans un rôle imposé, j’ai été avec mon ami Gérard sollicité par la municipalité tourangelle pour créér une troupe professionnelle à TOURS…ce que nous avons refusé conscients de notre niveau réel…et Guy SUARES créa la « COMEDIE DE LA LOIRE ».

Comme je me préparais à fonder une famille, je pris mes distances avec le théatre, auquel je m’intéressais par le biais de la lecture (l’avant-scène,et les grands auteurs) et en tant que spectateur dans les salles et devant la télé (au théatre ce soir).

A l’heure de la pré-retraite je pris un tournant décisif pour assouvir une autre passion : le chant populaire et traditionnel. Un orgue de barbarie m’a servi d’accompagnement et depuis je suis allé de fêtes en festivals.  Les petites apparitions avec cet engin à manivelle au « Théâtre des Baladingues »,furent les dernières  en situation théatrale, avant mon envol vers le LYONNAIS où je profite d’une production théatrale riche et multiple !  Aujourd’hui avec mon quatrième orgue (authentique des années 1860/70) quelques festivals et quelques bons amis parmi les amateurs de musique mécanique j’assume pleinement cette dernière passion ! »

gr3.jpg

           A 62 ans
Gégé ou l'itinéraire d'un saltimbanque !!! mp3 le tourneur a 20 ans

Jean Jacques DUPUY @ 18:45
Enregistré dans art
MON RÔLE ET MOI… ou les 7 REGLES DU « JE » !

Posté le Vendredi 3 septembre 2010

Prendre du recul par rapport à son personnage. 

Prendre de la distance mentale avec une activité lorsque celle ci est achevée, nécessite d’abord un éloignement physique, même réduit, du lieu de l’action et de la situation. Il est alors nécessaire de se sortir, d’abord physiquement de la situation qui nous occupait l’esprit, mais aussi le corps afin de pouvoir espérer faire le vide dans notre tête.

Quand je place en premier l’éloignement physique, c’est à la fois vrai et faux.

Vrai, car c’est l’endroit même où se déroulait l’action (la scène – par exemple-) dans laquelle nous sommes immergés, qui contribue à entretenir un climat fait de pression, voire de tensions, bien après que l’action soit achevée. Il importe donc de s’éloigner du cadre de l’action pour ensuite libérer son esprit.

Faux, parce qu’un éloignement physique, ne suffit pas à lui seul pour (re)trouver la sérénité. Le détachement mental doit obligatoirement l’accompagner. Or, celui ci ne peut être généré spontannément. Il exige une « mise en scène » préalable et un conditionnement de la pensée, que je propose ici sous forme de règles.

Les 7 règles du « je »

- Dans l’action, qu’elle que soit celle ci, je suis un acteur.

- En tant qu’acteur, je joue un rôle, celui qui m’a été confié.

- Je joue mon rôle avec sincérité (je joue « vrai »).

- J’interprète un personnage de fiction (même s’il vit ou a réellement vécu dans la « vraie vie »).

- Je ne suis pas responsable en tant qu’acteur de ce que fait et dit mon personnage.

- Je refuse de confondre ce que je suis (acteur) avec ce que je fais ou dit (personnage).

- Je refuse de juger mes partenaires en tant que personnes (ce qu’ils sont) mais je m’autorise à le faire dans le rôle qui est le leur (ce qu’il disent et font )en tant que personnage.

Je reconnais la difficulté d’appliquer ces règles, mais c’est grâce à ce mode de fonctionnement que nous arriverons à  prendre de la distance mentale avec la situation dans laquelle nous étions fortement impliqué, lorsque nous avons fini de jouer.

Le comédien, le spectacle terminé peut alors, aller se démaquiller, se changer et oublier son rôle pour redevenir lui même…Jusqu’à la prochaine représentation.

Nous pouvons, à différents moments de la vie – même en dehors de la scène – jouer de multiples rôles sans en être affecté. Encore faut il que le personnage, ne prenne pas le pas sur l’interprète.

Jean Jacques DUPUY @ 18:45
Enregistré dans art
Un ami nous a quitté…*

Posté le Lundi 30 août 2010

yves.jpg 

Yves vivait depuis 10 ans, à Poncé sur le Loir une retraite active en compagnie de Christiane son épouse. Très engagé dans le monde associatif, sa disparition brutale va laisser un grand vide en Vallée du Loir où il avait tissé de nombreuses relations amicales. Sa grande culture, sa présence, son aisance verbale et sa forte personnalité ne laissaient personne indifférent. J’ai rencontré Yves en 2003, lorsque je suis arrivé à Poncé et que j’ai présenté aux membres du bureau du comité des Fêtes, dont il était à l’époque le secrétaire, mon projet de créer un atelier théâtre.

Il a été avec Patrick Ouvrard (le Président), emballé par l’idée. Jusqu’à mon départ et mon retour en Touraine en 2007, il n’a jamais cessé d’oeuvrer pour la Compagnie « Entre Scène & Loire, d’abord en me mettant lui même en relation avec Philippe Delaroche (Directeur de l’Hebdo « L’écho de la Vallée du Loir ») puis en tant que membre bienfaiteur de la compagnie théâtrale, jusqu’à ce que le nouveau conseil d’administration modifie les statuts de l’association ( ? ). 

Mon regret, est de ne pas avoir pu le convaincre de monter sur les planches, sa voix, sa prestance n’auraient pas manqué de séduire le public. Il était admiratif de ce que nous faisions mais il était bien trop modeste pour se mettre en première ligne. C’est Christiane  qui s’est impliquée dans les ateliers que j’ai animé pendant 4 ans à Poncé.    

Yves était un ami sincère, j’ai beaucoup d’amiration pour l’homme de coeur qu’il était. Evidemment, je ne lui ai jamais dit. Malheureusement. Je le croyais fort, solide comme un roc, mais le destin a frappé brutalement et la mort a eu raison de lui en quelques jours. Nous étions très nombreux à venir lui témoigner notre amitié et lui rendre un dernier hommage, lors d’une belle et émouvante cérémonie. 

Yves, tu viens de nous quitter sans précaution. C’est la première fois que je t’en veux. Mais je me souviendrai toujours de tes franches poignées de main, de tes éclats de rire tonitruants et de ta pudeur. Je ne t’oublierai pas. Adieu l’ami.    *Article publié sur mon blog le 6 février 2009 

Jean Jacques DUPUY @ 18:45
Enregistré dans art
12